hollow-knight-master

Pourquoi j’aime… Hollow Knight (N°1)21 min

LE LORE

Hollow Knight est un jeu vidéo sorti en 2017 et développé par le studio indépendant australien Team Cherry. C’est un metroidvania extraordinaire, aux graphismes et à la musique (par le compositeur australien Christopher Larkin) époustouflants, qui se déroule dans le royaume fictif de Hallownest, dont les habitants sont des insectes. Des tas d’insectes. C’est l’un des plus beaux jeux vidéos que je connaisse (ce qui n’est certes pas très ardu au regard de mes connaissances vidéoludiques fort modestes, pourriez-vous dire, et vous auriez raison) et dont l’histoire est assez riche.

Il y aura plusieurs épisodes à cette série à laquelle j’ai donné le titre « Catharsis de la Mélancolie », car avant de disserter des paragraphes durant sur les raisons de mon amour sans limites pour ce jeu vidéo, j’ai envie de le présenter sous ses différents aspects : les personnages non jouables, la musique, les graphismes et le gameplay… Mais commençons par l’histoire, le lore ! Alors bien sûr, je spoile sans vergogne.

Je n’évoquerai pas ici la Troupe Grimm, la série, comme le jeu, aura son propre DLC. Enfin, je n’ai pas la prétention d’être exhaustive, simplement de commencer l’analyse du jeu à travers les points forts de son histoire (par contre, pour la musique, je peux déjà dire que l’on ira dans le détail !).

(Toutes les images et fichiers du jeu (audio & vidéo) sont la propriété de Team Cherry & Christopher Larkin. Les captures d’écrans et vidéos (hors cinématiques qui proviennent des fichiers du jeu) sont réalisées par mes soins, sauf source mentionnée)

Radiance est un être de Lumière, un être supérieur plus lumineux encore que l’Essence, une forme d’énergie source des rêves. Radiance donna naissance, de la Lumière, à la tribu des Papillons de Nuit, qui en retour l’idolâtraient, sans toutefois posséder la moindre intelligence. L’instinct seul les guidait. Cette tribu possédait la capacité de manipuler les rêves.

Un jour, un immense Wyrm (déformation probable de worm, ver en anglais) vint mourir aux confins du royaume de Hallownest, son cadavre se décomposant en cendres blanches, telles une neige funeste tapissant le sol ; ce Wyrm changea néanmoins d’apparence (renaissance ou simple métamorphose ? On peut voir un œuf dans le cadavre de ce Wyrm) pour devenir le Roi Pâle, monarque rayonnant à la haute couronne et aux traits d’un petit insecte, à l’image des habitants de Hallownest.

Il leur fit don d’une certaine intelligence, et en retour les habitants le vénérèrent (c’était là la raison pour laquelle il leur avait offert ces capacités), ce roi qui leur promettait un royaume éternel. Et il tint parole : le Roi Pâle, avec son épouse la Dame Blanche (également un être supérieur, évoluant à la manière d’une racine) construisit deux réseaux de transports souterrains : un tramway mais surtout des stations de Coléoptères (faites tinter la cloche et un coléoptère déboule en grognant gentiment, vous amenant à la station de votre choix).

Êtes-vous certain de vouloir apparaître sur les plaques d’égouts, sire ? Bien, sire.

Il est à l’origine de la Cité des Larmes, capitale de Hallownest, et des Voies d’Eau Royales qui la soutiennent. C’est un aspect que je développerai dans l’article de jeudi sur les graphismes (entre autres), mais l’une des facettes du Roi Pâle est celle d’un ingénieur, en quelque sorte : Hallownest regorge d’ascenseurs et de portes actionnées par leviers témoignant d’une grande virtuosité architecturale, qui se mêle aussi de façon très organique à la végétation luxuriante et la palette chromatique si distinctive de certaines zones, essentiellement Vertchemin et les Jardins de la Reine. La Cité des Larmes est en elle-même une prouesse : elle est construite en-dessous d’un lac immense dont l’eau, d’un magnifique bleu cyan, s’infiltre à travers la pierre sans que celle-ci jamais ne s’effondre, recréant ainsi l’illusion d’une pluie perpétuelle pouvant résonner avec la douce mélancolie de certains habitants (n’est-ce pas, Quirrel ?). Le royaume était également protégé par Cinq Grands Chevaliers : Dryya, Hegemol, Isma, Ogrim et Ze’mer.

Cette adoration envers le roi s’étendit aux araignées, aux méduses, aux champignons (lesquels furent également dotés de conscience)… et enfin à la tribu des Papillons de Nuit. Radiance fut donc oubliée de ses propres créations. Elle souhaita se rappeler à eux et commença à infiltrer les rêves de tous les insectes sous la forme d’une lumière aussi aveuglante qu’un soleil ; ils tentèrent de lutter contre ce souvenir, mais Radiance parvint à lier les esprits des insectes au sien, déchaînant une Infection peut-être involontaire au départ, mais très vite maîtrisée pour asservir presque toutes les créatures de Hallownest, les infecter physiquement et mentalement.

Face à l’Infection, il fallait quelqu’un, quelque chose, capable d’annihiler complètement cette lumière : quoi de mieux pour cela que la pure obscurité du Vide ? En effet, non loin du Palais Blanc, tout en bas de Hallownest, un lieu plutôt inquiétant, presque lourd de sens, les Abysses, baigne dans une substance étrange qui attaque, qui semble presque consciente, comme un étrange Vantablack (mais apparemment, le Vantablack a été dépassé) qui pourrait être dompté par la lumière, mais pourrait tout autant absorber la lumière la plus pure, celle de Radiance. Le roi découvrit cette substance et commença à l’expérimenter.

Pour canaliser l’Infection, il décida alors de créer un réceptacle parfait, un Vaisseau, capable de contenir toute l’Infection : il donna naissance à des milliers de petits vaisseaux, enfants du Roi Pâle et de la Dame Blanche, qui tous, sauf un (a priori), échouèrent au plus profond des Abysses. Ces vaisseaux, frères ou sœurs (ne possédant pas de genre), sont nés de l’union des deux âmes du roi – l’âme d’un Wyrm – et de la reine – l’âme d’une Racine, ainsi que de Vide. En effet, lorsque les vaisseaux meurent, leur carapace se casse et laisse la place à une Ombre faite de Vide. Cette substance semble attaquer sans distinction, et nécessite d’être unifiée pour pouvoir agir de façon plus raisonnée, et contenir l’Infection.

Le Vaisseau supposé parfait, sans esprit, sans volonté, sans voix, si vide qu’il pourrait contenir l’Infection toute entière, c’est le Hollow Knight, le personnage éponyme (en français, on peut le traduire par le Chevalier Creux). Le Roi Pâle le choisit, l’éleva (on le voit brièvement partager des instants avec le Vaisseau) puis l’enchaîna (c’est un peu rude comme transition !) dans le Temple de l’Œuf Noir, où le Hollow Knight demeura seul. Afin de s’assurer de la pérennité de la protection du royaume par le Vaisseau, il scella l’entrée du temple en plongeant trois insectes dans un sommeil profond : Monomon l’Érudite, Lurien le Veilleur et Herrah la Bête. Cette dernière accepta à la condition que le roi unisse son âme à la sienne ; elle mit alors au monde une fille, Hornet, le seul enfant du Roi Pâle ayant un genre, ce qui explique son surnom, l’enfant femelle.

Le Hollow Knight et les trois Rêveurs retenaient tous Radiance dans le Royaume des Rêves. Elle ne pouvait plus infecter les insectes.

Toutefois le Vaisseau n’était pas parfaitement pur, peut-être à cause du temps passé avec son père le roi, et l’Infection à nouveau s’infiltra dans les esprits des habitants de Hallownest ; c’est ce que l’on voit dans le prologue du jeu : le Hollow Knight se brisa, laissant apparaître une vive lumière orange ; le sceau formé par les trois rêveurs n’était alors plus hermétique et l’Infection se répandit de nouveau. La plupart des habitants moururent, s’entassant parfois dans certaines zones du royaume, ne laissant que quelques rares habitants encore sains et saufs. Ceux qui étaient vivants mais infectés demeurèrent sous terre dans le royaume, travaillant sans relâche dans la mine du Mont Cristal, ou s’attaquant à tout insecte sain, probablement manipulés par Radiance elle-même. Parmi toutes les espèces de Hallownest, seules certaines mantes religieuses échappèrent à l’Infection : les autres mantes, menées par le Seigneur Traître, envahirent les Jardins de la Reine.

Le Roi Pâle disparut soudainement, en même temps que le Palais Blanc où il vivait, alors que la Dame Blanche, honteuse d’être à l’origine de la création des vaisseaux, s’enferma dans une caverne dans ses propres jardins, gardée par l’un des Cinq Grands Chevaliers, restreignant ses mouvements (pour éviter qu’elle ne se développât encore plus et ne créât de nouveaux vaisseaux) et progressivement atteinte de cécité – sauf le petit héros qu’elle dit voir très clairement – et de surdité (semble-t-il, mais peut-être est-ce simplement dû au mutisme du Chevalier). Incapable de se mouvoir, elle ignore que Dryya, le chevalier qui montait la garde, est morte sous les assauts des mantes religieuses, mais sent le retour de l’Infection.

Tous les vaisseaux impurs s’entassaient dans les Abysses, scellées par le roi après le départ du Hollow Knight, néanmoins il semblerait que quelques-uns réussirent à s’en échapper, car on en retrouve dans les recoins de Hallownest ; certains vaisseaux sont morts, notamment un qui semble victime de Hornet : était-ce un test ? C’est une combattante hors-pair, et chacune de ses rencontres nous engage dans un combat acrobatique et virtuose.
Un autre vaisseau échoue au fond du Bassin Ancestral (nous étudierons ta musique en détail, Vaisseau Corrompu).

Mais surtout, l’un de ces vaisseaux s’enfuit du royaume, avant de revenir armé de son aiguillon dans le but de sauver Hallownest : le Chevalier, qui n’est autre que le personnage que le joueur incarne. A-t-il entendu un appel de Radiance, ou de la Dame Blanche, laquelle avait senti le retour de l’Infection ? Ou même du Hollow Knight lui-même…

Pour éradiquer l’Infection il lui faut donc vaincre Radiance, en accédant au rêve du Hollow Knight. C’est au prix d’une longue exploration de Hallownest que le Chevalier descelle le Temple et se présente devant le personnage éponyme. À quel prix ?

Des êtres supérieurs aux failles humaines

Une histoire née de l’oubli

Bien que Hollow Knight mette en scène des divinités (en tous cas des êtres supérieurs, capables, tout au moins pour l’un, de donner vie à des créatures, les Papillons de Nuit, et pour un autre de leur donner une forme d’intelligence), l’histoire de Hollow Knight est construite sur des sentiments profondément humains.

L’un d’entre eux, fondateur, c’est la peur de l’oubli. Radiance a été oubliée et a voulu se rappeler à ses créations. On peut imaginer que c’est d’autant plus douloureux pour elle que le royaume accorde une certaine importance au souvenir, à l’hommage. On le voit à travers le mémorial dédié au Hollow Knight entouré des rêveurs, aux statues des Rêves de Guerriers (Gorb dans les Falaises Hurlantes notamment). Surtout, la vénération envers le Roi Pâle est sans limite : on possède des idoles à son effigie, l’intégralité du royaume est construite à son image puisque son architecture est fondée sur le seau de Hallownest lequel fait apparaître la couronne du roi. A contrario Radiance est à peine mentionnée, et sa seule statue est à l’abri des regards, inaccessible et abîmée, comme abandonnée, tout en haut du Mont Cristal.

Un sacrifice désormais inconnu

Pourtant, en dépit de cette apparente importance accordé à la mémoire et au sacrifice du Hollow Knight, cet oubli, c’est aussi celui du sort des vaisseaux : les Abysses ont été scellées après le départ du Vaisseau et seule une personne en possession de la Marque du Roi peut y pénétrer à nouveau ; Leem, le collectionneur, entouré de reliques, met le doigt sur le brouillard qui entoure cette inscription sur la fontaine, le mémorial du Hollow Knight : on sait désormais peu de cette histoire, de ce sacrifice, et ce n’est probablement pas bon signe. Le Roi Pâle est entouré d’une aura mystérieuse, son arrivée semble de l’ordre de l’inexplicable, et si sa couronne rappelle son ancienne identité de Wyrm, on retrouve des traits similaires chez Radiance, quelle pourrait en être la raison ? Comment ce monarque a pu renaître et gouverner le royaume ? Et surtout qu’est-ce qui a pu le mener jusqu’à cet aveuglement, cette folie…

Le royaume complet semble enfermé dans l’oubli, à l’image de Bretta, réellement oubliée dans le Village des Mantes (bien que l’Ancien se souvienne d’elle après coup) ou Quirrel qui a perdu la mémoire.

La construction de l’individualité

Un deuxième élément important selon moi dans l’histoire de Hollow Knight réside dans la métaphore du choix fait par le Roi Pâle, en désignant l’un des vaisseaux comme étant le Vaisseau, le Hollow Knight.

Tous semblables ?

Lorsqu’on les voit entassés au plus bas de Hallownest, au plus profond des Abysses, ou durant notre exploration comme pour le Vaisseau Corrompu, les vaisseaux sont différents, ils possèdent des coquilles distinctes (chacun n’a pas sa propre coquille, ce serait légèrement chronophage, mais on voit bien des modèles différents) ; c’est intéressant – voire nécessaire – d’un point de vue graphique bien sûr, mais surtout c’est important dans la mesure où cela les individualise, alors qu’ils sont présentés comme identiques (dans la fonction pour laquelle ils ont été crées) et surtout sans esprit, sans volonté, sans voix… Pourtant ils sont bel et bien différents : puisque l’un d’entre eux seulement a été considéré parfait, c’est bien que les autres n’étaient pas comme lui.

L’Âme du Vide

Il est vrai que les vaisseaux ne sont pas que du Vide, puisqu’ils sont enfants des Êtres Pâles, et partagent à ce titre l’âme d’une Racine et l’âme d’un Wyrm, toutefois on ne sait pas vraiment ce que leur conférait cette union d’âmes…

Ce Vide n’est pas rien, c’est n’est pas l’absence, c’est une substance, voire un peu plus, puisqu’elle a été opposée à Radiance. Et les créatures faites de Vide, tout au moins les vaisseaux, ont des réactions qui supposent plus qu’une simple conscience : le Vaisseau Corrompu tend une patte vers son semblable dans un dernier geste de désespoir. Le Hollow Knight a par deux fois des regards lourds de sens : sur le point de quitter les Abysses avec le roi, il se tourne une dernière fois vers les profondeurs ; à la fin du Sentier des Souffrances, on le voit regarder son père. Bien plus tard, lorsqu’on l’affronte, il laisse échapper des cris perçants qui paralysent durant le combat.

Mais surtout il y a ce vaisseau dont l’aura n’échappe à personne ; la plupart de ceux qui nous rencontrent nous attribuent aussitôt des qualités de combat, une force en dépit de notre petite stature. La reine elle-même reconnaît notre supériorité par rapport au Vaisseau choisi par le roi, mais pour elle, notre supériorité c’est notre pureté ; mais au fond, que représente cette pureté ?

La pureté des profondeurs

Le choix (celui du Roi Pâle) a conféré une forte individualité au Hollow Knight. L’origine de son impureté n’est pas citée dans le jeu, la Dame Blanche évoque simplement une « idée instillée », toutefois il semble plutôt évident que ce soit ces moments passés hors des Abysses, en compagnie de son père, qui aient terni la pureté supposée du Hollow Knight. Car si l’on peut penser que le roi n’a pas reconnu l’impureté initiale du Vaisseau, on peut aussi interpréter qu’il n’a pas imaginé qu’en le choisissant il lui conférait une place particulière, ce qui pouvait altérer sa pureté.

Le Hollow Knight a été reconnu, d’une certaine façon, par son père, par le roi qui plus est, et je trouve qu’en cela, le jeu soulève une question importante, une question très humaine : le regard des autres nous aide-t-il à nous reconnaître en tant qu’individu ? C’est dans la conclusion (l’article de vendredi) que je creuserai une interprétation plus personnelle de l’histoire de Hollow Knight.

Dépasser le regard que l’on porte sur nous

Enfin, cette métaphore de la construction, de l’individualité, se retrouve dans la façon dont quelques personnages sont traités. Certains ne sont vus que comme une fonction : essentiellement le roi et le Hollow Knight.

Le premier est presque uniquement présenté comme souverain, on sait peu de choses à son propos dans la mesure où il était, selon Leem, reclus dans son Palais ; de ce fait on peut difficilement se faire une image complète du roi, de son caractère, à l’exception de ce qu’il a accompli en tant que monarque de Hallownest, et du sacrifice qu’il a imposé. C’est ce sacrifice qui caractérise en totalité le Hollow Knight, comme une négation de son éventuelle identité propre, identité qu’il possède à cause de sa supposée impureté. C’est une idée qui a été transposée de façon stupéfiante dans la musique du jeu, utilisant essentiellement deux thèmes (leitmotiv plutôt) très justement associés pour l’un à la royauté, pour l’autre, au(x) vaisseau(x) : la musique du combat contre le Hollow Knight notamment fait preuve d’une grande virtuosité narrative. On en parlera longuement mercredi…

Il y a un autre personnage vu de façon tronquée, c’est Radiance. Presque par métonymie, elle n’est vue que comme Infection, comme cette peste qu’elle répand ; elle n’est connue que par la douleur qu’elle ressent, par cette détresse d’avoir été oubliée et par sa réponse, qui prend presque la forme d’une vengeance.

Finalement, Hallownest tout entier semble vu uniquement à travers le prisme de la mélancolie qui semble s’être abattue sur lui. Et face à cela, le personnage jouable, son silence, sa pureté supposée, apportent une réponse très particulière. Il va agir comme un révélateur, permettant aux PNJ de trouver des réponses, d’évoluer ; et au plus fort du jeu, alors que le Hollow Knight semble lutter pour s’échapper de sa fonction, de sa condition imposée de Vaisseau, mutilé par Radiance ou par lui-même, c’est le petit Chevalier qui va lui permettre de l’accepter, de la transcender en se joignant à lui pour porter les derniers coups à Radiance… Et il semblerait que ce fût sa mission en quelque sorte, puisque la Famille disparaît lorsque Radiance s’éteint.

C’est pour cela que malgré tout le soin apporté aux PNJ (que nous verrons plus en détail demain), leurs caractères si variés, leurs destins comme enfermés dans la douce mais profonde noirceur du royaume, aucun personnage de Hollow Knight ne me fascine plus que le petit héros.

0 0 votes
Ça vous a plu ?
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires