Archives de l’auteur : untamedfox

What is Love ? (n°1)

Metronomy – Love Letters

L’art aime parler d’amour, un sentiment mêlant évidence et complexité (vous ne trouvez pas ?). En ce jour de Saint-Valentin, j’ai décidé de commencer une série qui ne sera pas, contrairement à d’autres, publiée d’un coup : c’est plutôt le début d’une nouvelle catégorie, « What is love ? », dans laquelle je m’attarderai sur une œuvre illustrant un aspect particulier de ce sentiment pas toujours si doux.

Pour commencer cette série, j’ai choisi Love Letters, chanson éponyme du quatrième album studio du groupe anglais Metronomy.

Je continue

Pourquoi j’aime… GRIS (n°3)

LE MARCHANDAGE & LA DÉPRESSION

Les couleurs se suivent, les étapes se franchissent… Après l’étude de la très belle introduction du jeu, nous avons traversé un monde presque sans couleurs, éclaté, où tout semble à révéler ; puis vint le temps de la colère, d’affronter le vent du désert, apprivoisé ensuite par le moulin. Poursuivons donc notre analyse de GRIS. Nous glissons à présent sur une liane qui nous plonge dans la zone suivante, la forêt associée au marchandage.

Je continue
gris-main

Pourquoi j’aime… GRIS (n°2)

LE DÉNI & LA COLÈRE

Me revoilà pour la suite de ma série sur le très beau jeu vidéo GRIS. L’introduction du jeu, pourtant assez courte, nous a longuement occupés dans le premier article. Nous retrouvons Gris désormais au sol après une longue chute suite à la mort de sa mère, représentée par une statue s’effondrant sous nos yeux. Elle s’apprête à traverser les différentes étapes du deuil…

Je continue
gris-cover

Pourquoi j’aime… GRIS (N°1)

Une (pas si) courte introduction

GRIS est un jeu vidéo du studio indépendant espagnol Nomada Studios. À sa sortie, à la fin de l’année 2018, il a attiré l’attention par ses aquarelles, du talentueux Conrad Roset, soutenues par une musique exceptionnelle, composée par le groupe espagnol Berlinist. Le gameplay a moins fait l’unanimité, et ce n’est, à mon avis, pas très juste : car tout simplement, GRIS se veut métaphorique à la fois dans le fond et la forme, dans ce qu’il y a à voir et à entendre, et la façon dont on y joue.

Je continue